Tbilisi

2) Tbilisi et sa région

L’existence de la cité d’Uplistsikhe (signifiant la forteresse des seigneurs ) remonte au IIIe millénaire avant JC. Surplombant la vallée du Mkhetva, La cité troglodyte fortifiée a été bâtie dans la roche au Xe siècle avant JC. Impotant centre religieux, commercial et politique, la cité comptait notamment des celliers à vin et une basilique à trois nefs (typique de l’architecture georgienne).
La cité fut écrasée par les mongols au XIIIe siècle.

image

Structure troglodyte du Xe siècle

image

Avant de nous rendre à Tbilisi, nous faisons halte dans l’ancienne capitale: Mtskheta ( inscrite au patrimoine de l’Unesco). La ville conserve un charme particulier, avec ses petites maisons de pierre, ses rues pavées et ses bâtiments historiques (et l’absence de traces de l’époque soviétique).

image

La cathédrale des 12 apôtres de Scetitskhoveli, construite au début du XIe siècle, fut le plus important centre religieux de la Géorgie médievale. La coupole a notamment été restorée à l’initiative du roi Alexandre le Grand au XVe siècle. Au XVIIIe siècle furent édifiés les murs d’enceinte.

Perchée sur la colline, l’Église de la Sainte Croix veille sur la vallée de Mtskheta. Bâti au IVe siècle, cet important site de pélérinage pour les chrétiens du Caucase offre une magnifique vue panoramique. Le premier roi chrétien de Géorgie, Mirian y érigea une croix en bois qui trône au centre de l’église sur sa base octogonale de pierre.

Nous rentrons à Tbilissi, capitale de 1,5 millions d’habitants bâtie sur les berges du Mtsekhta . Nous y entrons par l’autoroute et encore une fois, les constructions modernes alternent avec les bâtiments délabrés.

image

image

Très arborée et disposant de nombreux parcs, la ville est très agréable à déambuler. Notamment, son centre historique. Les ruines de l’ancienne forteresse Narikala surveillent les ruelles au charme bien conservé. Ces méandres de petites rues nous promènent entre de sympathiques maisons au style assez européen. Des anciens bains romains ont été restaurées, offrant un belle ambiance dans ce quartier touristique.
Abandonnant nos vélos pour arpenter
la ville, nous devenons de vrais touristes et goûtons (presque tout) ce que nous trouvons. Si les noix enrobées dans un concentré de jus de raisin ne connaissent pas un grand succès, nous profiterons plus des Hatchapuri. (À découvrir dans la rubrique pain en Géorgie).

Pour remercier nos hôtes à Tbilissi, nous leurs préparons de la gastronomie française: Émincés de volaille sauce dijonnaise et crêpes salées. Toujours un succès, même sans munster!

20140429-123853.jpg

Catégories : Georgie, Le projet, Tbilisi | Un commentaire

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.